Mais oui alors, qui est-ce?

Moi qui le connais un peu, je pourrais dire que c’est un mélange entre la beauté d’un mister France et le talent d’un Stieg Larsson.

Certaines mauvaises langues diront que c’est plutôt l’inverse.

Ce jeune homme, après de brillantes études scientifiques (cinq années après le bac, dont quatre obtenues au rattrapage) entama dès la sortie de l’école une carrière de cadre pour le moins très prometteuse, évoluant dans un milieu sentant l’acier chaud et la sueur, le tout tapissé de calendriers Pirelli.

Malgré ce contexte idyllique, notre jeune ami ressentait au fond de lui un manque cruel et dévorant que seul la Création comblerait. Il se dirigea spontanément vers la musique, son premier amour.

Mais la réciprocité de cet idylle n’était guère évidente.

Lucide, il noya alors son chagrin et sa déception dans l’écriture, noircissant les pixels blancs de son écran d’ordinateur, s’inspirant du quotidien de ses congénères pour narrer l’une des histoires les plus joyeuses depuis Bambi, pour notre plus grand bonheur.

Mes amitiés,

Richard Delacrau